Une vidéo sur le patrimoine angervillois

Publié le 03.08.2020
Balade en caravane entre les tours des quartiers d’Angerville et les rues historiques, reconstitution de scènes d’époque… les jeunes angervillois réécrivent l’histoire de leur ville accompagnés de l’historienne Pierrette Dumenoir. Interview de la réalisatrice Danielle Derideau, de l’association « Lumières des cinés » en charge du projet.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le projet que vous avez construit pour "C'est mon patrimoine" ?  

L’objectif c’est de réaliser un film ensemble sur l’histoire de sa région dans un esprit de mixité sociale : découvrir l’histoire d’Angerville et de sa région, rencontrer des intervenants du service Patrimoine et le Culture de la Communauté d’Agglo Etampois Sud Essonne ; écrire le scénario avec Mme Pierrette Dumenoir, historienne angervilloise, visiter la région, aller au musée, écrire le film, le jouer, le tourner, le projeter.

Montrer aux jeunes que l’Histoire est faite de successions d’évènements que l’homme a provoqués ou subis et de réfléchir ainsi à sa propre place dans cette histoire « d’ici et maintenant».

Les participants sont initiés aux techniques de tournage, de jeu d’acteurs face à la caméra, de montage, de graphisme avec des professionnels de l’audiovisuel. Le jeu d’acteur face à la caméra permet de s’amuser, s’exprimer, se libérer et ce, tous ensemble, cassant ainsi les barrières, les idées préconçues, les méfiances, les stéréotypes liés à l’âge et aux origines sociales. Jouer un personnage c’est se dévoiler, se surprendre, se dépasser.  

Le programme propose un travail d'écriture vidéo ? Quelles difficultés ou surprises avez-vous rencontrées avec les participants ?

La difficulté a été de concentrer le projet sur une période plus courte à cause du confinement. Mais cela a permis sans doute de créer le groupe plus vite et plus fort car le timming est plus restreint, il faut donc s’investir sérieusement. Le manque de temps a joué en notre faveur. Les jeunes se sont lancés dans le projet de manière assidue tout de suite. Pierrette Dumenoir  a présenté l’histoire d’Angerville d’une manière vivante et les jeunes ont rebondi facilement pour écrire des scènes de reconstitutions qui seront tournées en costume.

Plusieurs visites de musée sont déjà effectuées : musée des automates à Paris pour une séquence avec des automates; visite du musée agricole de la ferme de Cheptainville pour une séquence dans une ferme durant l’occupation des prussiens en 1870; visite du château de Dommerville pour une séquence avec le maréchal Davout qui s’est soumis au roi le soir de Waterloo. Visionnage d’un doc-fiction réalisé à Etampes par Lumières des cinés et les habitants étampois.

L’écriture du scénario se déroule dans la caravane studio-mobile de Lumières des cinés. Les jeunes aiment bien travailler dans ce lieu atypique. La caravane possède un panneau solaire, une télé, du matériel informatique, une mini cuisine et des toilettes sèches. Elle sert également de vestiaire pendant les tournages. C’est un espace de liberté d’expression, d’apprentissage à la réalisation. On y débat, on apprend à s’écouter et respecter les idées de chacun, on invente, on se découvre, on ose, on se dépasse. (ci-joint une photo de la caravane studio-mobile)

Une séquence de moisson a été tournée le 11 juillet et une équipe de FR3 IDF est venue réaliser un reportage. Quelle fierté et reconnaissance pour tous !!!  

Quelles sont les perspectives ?

 Tournage de plusieurs séquences en août (17 août repérage ferme de Cheptainville; 23 août tournage séquence Libération août 1944 ; 24 août tournage séquence château de Dommerville ; 30 août tournage séquence diligence et automates ; 31 août ferme de Cheptainville) présentation de quelques rushes et photos de tournage durant les Journées du Patrimoine (20 septembre 2020 à la salle Guy Bonin d’Angerville); montage dans la caravane avec les jeunes en Automne ; projection à la salle Guy Bonin d’Angerville et à Cinétampes fin 2020 début 2021.  

Avez-vous une anecdote particulière à nous faire partager ?

Pas d’anecdotes pour l’instant… seulement des moments de joie et de fierté pour les jeunes de faire partie de ce projet . Et un véritable plaisir de travailler dans la caravane. Cet espace atypique rend l’activité plus légère et en même temps les jeunes y sont plus concentrés.