Le corps en mouvement

Publié le 31.07.2019
Ateliers chorégraphiques, spectacles, bal masqué… quand les enfants mènent la danse dans les monuments, le patrimoine reprend vie et s’apprivoise autrement.

One Minute/One Shot (Une Minute de danse/Une prise) à la Maison du peuple Saint-Claude (39, Bourgogne-Franche-Comté)

À partir du principe de danse immersive One Minute/One Shot développé par Sarath Amarasingam, il s’agit d’amener les jeunes à danser, même sans aucune expérience préalable, sur la musique de leur choix, et d’être filmé pendant une minute. Pas d’interdits, tous les corps sont possibles, la liberté de bouger prévaut. Les jeunes s’amusent à danser avec et dans les architectures emblématiques de la Maison du Peuple.

Le Corps à l'engagement au Panthéon (Paris, Île-de-France)

Accompagnés d'un animateur du patrimoine et d'artistes-chorégraphes interprètes en langue des signes, les jeunes ( à partir de 8 ans) et leurs familles redécouvrent l'histoire et les engagements des Grands Hommes et Femmes. Entre chaque commentaire des ateliers pratiques invitent les participants à observer et analyser les décors à la recherche des gestes et postures qui leur permettront d'incarner un engagement. En conclusion de ces ateliers, une performance sera présentée au public du monument en collaboration avec les artistes.

Mon premier bal masqué au château de Suze-la-Rousse (26, Auvergne-Rhône-Alpes)

Avec la Renaissance, la noblesse évolue dans une société de cour. Si l’éducation du jeune noble comprend toujours le maniement des armes, elle intègre désormais des disciplines liées au devoir de représentation.

« Tenir son rang » impose de civiliser ses moeurs et d’adopter l’attitude, le geste et le vêtement adéquat. Pour les futur(e)s courtisan(e)s, l’apprentissage des danses de cour –dont les ballets costumés- constitue une bonne école de formation. Menuet et danses de cour n’auront plus de secrets pour les enfants !

Danse ! au musée Joseph Déchelette de Roanne (42, Auvergne-Rhône-Alpes)

Il s'agit par la danse, le corps, le mouvement et le jeu, de proposer aux enfants une expérience renouvelée de l'espace muséal et des œuvres conservées. Alors que la vue est le sens le plus sollicité lors d'une visite, comment dépasser cela et proposer une expérience sensorielle globale, intégrant également une sensibilité spatiale ? Comment approcher musée et œuvres grâce et à travers la médiation du corps ? Et plus largement, comment transmettre à d’autres cette expérience par le biais d’une performance ?

Les enfants explorent l'ensemble du musée (expositions temporaires, collections permanentes de Beaux-Arts et d'Archéologie) afin de créer et interpréter une performance corporelle dansée, tirée de l'expérience sensible des espaces et des œuvres du musée.

Visites patrimoniales dansées « A la découverte de mon Histoire » à Fort-de-France 

Les hauts du Port de Fort-de-France deviennent le terrain d’expression de jeunes martiniquais où la danse et le chant viennent ponctuer la visite du quartier.

Danse et patrimoine dans l’abbaye d’Auberive (52, Grand Est)

A partir des explorations sensorielles qui invitent naturellement les enfants à entrer dans la danse, les chorégraphes s'inspirent de l’architecture cistercienne de l’Abbaye pour créer une visite chorégraphique du site que les enfants danseront lors des Journées européennes du patrimoine les 21 ou 22 septembre.

 

Parcours théâtralisé et dansé dans le quartier Alma-Gare à Roubaix (59, Hauts-de-France)

Création d'un parcours artistique et historique (photo, danse, théâtre) dans le quartier Alma-Gare par les jeunes, accompagnés d'artistes danseurs et photographe.

Space Dances, visite en réalité augmentée au CO La Rayonne de Villeurbanne (69, Auvergne-Rhône-Alpes)

La cie Corps Au Bord réalise un chapitre de sa création Spaces Dances avec 15 jeunes résidents du foyer d’hébergement d’urgence et du quartier (prioritaire au titre de la politique de la ville)

Space Dances est un projet d'oeuvre chorégraphique et sonore pour tablettes tactiles : le public cherche, et découvre sur son écran des danses cachées dans des espaces inattendus.La danse est conçue à partir de la relation du corps à chaque espace. Elle est filmée, puis les corps des danseurs sont extraits du fond pour pouvoir être intégrés à une application de réalité augmentée conçue par MuseoPic.

L'application reconnaît un élément du monde physique et déclenche la vidéo : les danseurs filmés auparavant apparaissent sur l'environnement réel : la réalité est augmentée. L'oeuvre est composée de plusieurs scènes reliées entre elles pour créer un ou plusieurs parcours, chaque scène exploite un espace spécifique.

L'oeuvre est conçue pour rester de manière pérenne dans le lieu. Lors de son lancement et lors d’événement dans le lieu, la compagnie propose d'accompagner l'oeuvre numérique d'une performance interprétée par les danseurs qui apparaissent dans la vidéo (professionnels et amateurs). Ainsi, est suscité une réflexion sur la relation des corps physiques aux corps immatériels, ainsi que sur la superposition de temps multiples : le temps présent expérimenté par le public et le temps passé de la danse filmée en amont dans le même espace.