Rencontre

Publié le 05.07.2018
Questions à Pierre Guiral,
médiateur du patrimoine au Château de Suze-la-Rousse dans la Drôme
© Château de Suze-la-Rousse

Depuis quand participez-vous à C’est mon patrimoine ! ?

C’est la deuxième année que nous participons au dispositif. En 2017, nous proposions un voyage dans le temps avec la découverte de la vie menée par de jeunes châtelains et châtelaines à la fin du Moyen-Âge. La pratique de loisirs nobles tel que le bal de cour associée à la création de portraits de cour ont rythmé la vie des ateliers.


Que proposez-vous cette année ?

Cette année, nous proposons une exploration du parc boisé de 23 hectares du Château de Suze-la-Rousse. Attesté dès la Renaissance, il est planté de pins et de chênes verts et abrite des bâtiments qui illustrent le mode de vie seigneuriale. Divers ateliers permettent d'appréhender les différentes facettes du parc : danse contemporaine en extérieur avec les chorégraphes Lise Casazza et Pascale Gille, tir à l’arc supervisé par la Compagnie des Archers de Tricastins et atelier image avec la vidéaste Sophie Comberousse.

Nous avons déjà eu une première session au mois d’avril durant laquelle ont été programmés des ateliers photos avec Sophie Hatier et des ateliers-balades étaient animés par La Ligue de Protection des Oiseaux afin de sensibiliser les plus petits à leur environnement naturel.

La deuxième session aura lieu le 17, 18 et 19 juillet.


Combien d’enfants accueillez-vous pour C’est mon patrimoine ! ?

Cette année, une centaine d’enfants participent à l’opération. Ils ont entre 6 et 14 ans.


Comment s’intègre le dispositif dans le cadre de vos actions éducatives ?

Le dispositif C’est mon patrimoine ! s’intègre dans les activités extrascolaires proposées par les Châteaux de la Drôme (Château de Grignan, Suze-la-Rousse et des Adhémar). Les ateliers ont été co-construits avec 3 structures socio-culturelles : le centre de loisirs de la Côte à Valréas, le centre social « Carrefour des habitants » de Nyons et le centre de loisirs intercommunal des Guards à Nyons.


Quel type d’information insolite les enfants peuvent-ils apprendre lors de leurs ateliers ?

La pluridisciplinarité de l'éducation d'un jeune noble et l'importance du corps dans cet enseignement que ce soit au travers de l'escrime (pour la guerre), de la danse (pour le maintien) ou de l'équitation.


Les enfants reviennent-ils visiter le château avec leurs parents ?

Le pass'ambassadeur est très apprécié. Une majorité de jeunes essaie de revenir avec leurs parents bien que la mobilité en zone rurale reste un problème.


Racontez-nous une anecdote lors des ateliers CMP 

Lors de notre première session en avril, nous avions organisé un atelier escrime. Une quinzaine de jeunes casqués étaient dispersé dans le parc. Ils ressemblaient à des envahisseurs semblant prendre possession du château !